jeudi 14 mai 2015

Perdu pour perdu

à Thierry Roquet, cow-boy de Malakoff


Je ne demandais pas grand chose

des espadrilles

des pantalons en toile

des chemises en lin

Je ne demandais pas grand chose

de l’ombre

des citronniers

des chapeaux de paille

Je ne demandais pas grand chose

une petite maison

un transat devant

un bout d’Egée au loin

Je ne demandais pas grand chose

des livres de poésie

du temps devant moi

de la bière fraiche

Je ne demandais pas grand chose

du poisson grillé

des sommeils ailés

des semaines sans parler

Et si je l’avais eu

ce pas grand chose

je n’aurais pas trahi

je n’aurais pas menti

je n’aurais pas senti

ma peau s’en aller

mes nuits se trouer

mes matins s’étrangler

Je ne demandais pas grand chose

Il faut croire que c’était trop

Du coup mettez vous bien

dans la tête que

perdu pour perdu

je

n’ai

pas

l’in

ten

tion

de

vous

faire

grâce

de

quoi

que

ce

soit.





©Jérôme Leroy, mai 15

1 commentaire:

ouverture du feu en position défavorable