mercredi 6 mai 2015

Ouïghour

Sortir d'un bar de Sanlitun la nuit
Dans une ville étrangère
Où rien ne semble étrange
-monde unifiée de la production-
Si ce n'est le profil perdu
D'une rockeuse ouïghour
Et peut-être la douceur sableuse de l'air
Printemps obscur du jet-lag
Les décalages horaires valent
Toutes les métaphores
Et l'avenue illuminée d'idéogrammes
M'enchante mais me surprend à peine
Comme une lettre d'amour de qui on aime

Le déclenchement muet des opérations cannibales (Equateurs, 2006)

1 commentaire:

  1. "Le déclenchement muet des opérations cannibales"
    Bon Dieu, quel beau titre, Jérôme.
    Comment avais-je pu l'oublier ?

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable