samedi 23 mai 2015

L'hypothèse d'Argenton-sur-Creuse

Bon, là, mec, c'est pas pour dire mais ça fait quatre fois en moins d'une semaine que tu passes devant la gare d'Argenton sur-Creuse. Et une bonne dizaine depuis le début de l'année.  Alors que tu habites Lille.
Hypothèse 1: Tu es en fait enfermé dans une cellule capitonnée en proie à une hallucination psychotique sévère. 
Hypothèse 2: Tu joues malgré toi un remake d'Un jour sans fin car tu es déjà mort et que l'éternité ressemble à une petite ville calme comme un matin français.
Hypothèse 3: Il y a quelque chose ou quelqu'un qui t'attend à Argenton-sur-Creuse et tu ne le sais pas encore. La jeune veuve du pharmacien, par exemple, avec ses seins commaques et ses yeux verts un peu tristes.

4 commentaires:

  1. Je pense que c'est la troisième hypothèse.
    Signé: la veuve du pharmacien.

    RépondreSupprimer
  2. Tu es, nous sommes, dans un roman de Philip K. Dick

    RépondreSupprimer
  3. Il y a peut-être une hypothèse à la Salvador Dali. La gare de Perpignan lui procurait en effet une extase métaphysique. La petite gare d'Argenton va vous inspirer de la même façon, en particulier dans votre travail littéraire. C'est bon, très souvent, d'avoir des idées fixes, quitte à passer pour complètement timbré...

    RépondreSupprimer
  4. J'aime bien la gare d'Argenton sur Creuse. C'est éminemment personnel, mais c'est juste la gare des vacances et des week-end à la campagne. C'est la gare où l'on laisse loin derrière soi le boulot débilitant de la vie parisienne et non moins autant débilitante.

    C'est la gare de la "vraie vie", des bonnes - ou moins bonnes - surprises que recèle le potager quand on le retrouve, des vaches dans les champs.
    Du calme et de la quiétude du rythme organique de la vie.

    Ça va pas plaire au taulier, mais la terre, elle, ne ment pas.

    Popeye

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable