mercredi 29 avril 2015

Propos comme ça, 22


Je suis un cargo spatial russe

Dans l'histoire du mouvement ouvrier, il faut bien reconnaître qu'on a été beaucoup plus souvent à court de munitions qu'à court d'arguments.

Comment échapper aux snipers? En une semaine tu fais Lille/Eymoutiers/Limoges/Eymoutiers/Lille/Paris/Lille/Roissy/Dublin/Roissy/Lille. En même temps, du coup, tu risques d'être dans le collimateur des barbouzes de la loi sur le Renseignement. Faut choisir dans la vie.

De temps en temps, un puissant ou une puissante est jetée en pâture au public. Mathieu Gallet et son burlingue ou la pédégère de l'Ina et ses 40 000 boules de tacosse en moins d'une pige. Mais pourquoi cette impression qu'on nous prend pour des caves? Qu'on nous occupe avec des petits joueurs pour que d'autres continuent à se goinfrer à l'échelle mondiale en privatisant tout ce qui est privatisable, et même ce qui reste à inventer...

C'est ceux qui ont la honte qui changent de nom ou voudraient bien: UMP, PSG, PS, FN... Le PCF, lui reste le PCF. Parce que communiste français, pour le coup, ça veut dire quelque chose.

Le terminal 1 de Roissy. Toujours ce charme rétrofuturiste et cheap de Cosmos 1999. Ne manquent plus que Barbara Bain et Martin Landau avec pyjamas moulants en lycra beige et on s'y croirait.

On peut accueillir toute la misère du monde.

J'irai cracher sur ma tombe.

"Combien de temps l'optimisme, la liberté, l'égalité, la foi dans le progrès et la perfectibilité, voire l'assouvissement de l'avidité des entreprises et des individus, peuvent survivre aux ressources qui en sont à l'origine? Combien de temps la liberté survit-elle aux richesses? Combien de temps la démocratie peut-elle survivre à l'amenuisement des possibles et à l'élargissement du fossé entre riches et pauvres?" Wallace Stegner (1909-1993), Lettres pour le monde sauvage (Éditions Gallmeister)