mercredi 4 mars 2015

Sébastien Lapaque nous raconte


6 commentaires:

  1. J'espère que vous aviez du Maalox ...

    RépondreSupprimer
  2. il peut y avoir une jouissance plus intense à boire du bon vin avec de la bouffe industrielle que de péter dans la soie dans des restaus pompeux.

    RépondreSupprimer
  3. Ah ! Les vins du Clos Rougeard... Je voudrais en parler des heures, mais mieux vaut les boire. Quant aux frères Foucault, pour se faire une idée de leurs caractères, on pourra faire un tour ici (www.youtube.com/watch?v=ubagNHM110o) pour constater qu'au contraire de la plupart des gens, ils cachent l'or sous l'acier trempé.

    RépondreSupprimer
  4. Ça me rappelle des souvenirs. Rien de plus jouissif qu'un grand vin bu dans des verres en plastiques sur une aire d'autoroute, avec du pain pour tremper dedans. La dernière fois, c'était un magnum de Foulards Rouges «Les Glaneuses» 2008, sur l'A20, à hauteur de Beaune-Les-Mines. On avait laissé les portes de la voiture ouvertes et on écoutait de la salsa.

    RépondreSupprimer
  5. Lapaque dans le Vevue des Rins de France ? Il a dût se convertir aux bordeaux boisés et aux bourgognes soufrés. Il nous parlera bientôt de la robe de velours du Château Pape-Clément. C'est un coup pour rire ou une chronique régulière ?

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable