jeudi 12 février 2015

Vanishing point


Il a jeté son macbook dans la Creuse
vers Argenton
Un poète doit laisser des traces
non des preuves disait à peu près l'oracle
préféré de l'époque pompidolienne
le grand poète officiel de la cinquième 
Il avait déjà jeté son smartphone dans le Cher
à moins que ce soit dans l'Yèvre
à Vierzon
sous l'oeil presque compréhensif
du petit garçon qui pêchait
entre les piles du pont
Même des traces
c'est encore trop
surtout aujourd'hui
Il a pour projet maintenant
quand il sera disons à 
La Souterraine
de voir un film à l'Eden
et sa façade du monde d'avant et
avec une paire de ciseaux achetée
au bar tabac journaux pmu cadeaux souvenirs
de découper sa carte d'identité
pendant que sur l'écran s'agiteront
des trentenaires hystériques
qui riront trop fort
Avec un peu de chance 
la carte de crédit
suivra le même sort vers 
Eymoutiers
fragments bleus d'aliénation 
emportés dans la Vienne
qui rit par ici d'un rire de rivière
et non d'un rire de trentenaire
puis il montera sur le Plateau
et sans fleurs ni couronnes
ni traces ni preuves
il s'installera à la terrasse d'un bistrot
en attendant l'insurrection.



©jérôme leroy, 2015

3 commentaires:

  1. ...Où il commandera un rouge caractériel.
    Merci pour ce texte.

    RépondreSupprimer
  2. Comme dans le film du même titre de Monte Hellman

    RépondreSupprimer
  3. comme poète officiel il y a pire! Pompidou avait-il accroché un tableau de N. de Staël à l'Elysée?

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable