samedi 7 février 2015

Propos comme ça, 19

Comme disait Buisson, l'ancien conseiller de Sarkozy, ma devise c'est: "Travail, Famille, Patrick."

Apportez-moi la tête d'Alfredo Draghi. Vite.

Je ne bois jamais, sauf quand je suis seul. Ou accompagné.

Il faisait un grand soleil et les filles étaient belles comme des usines occupées.

Nous démentons formellement la présence de conseillers militaires soviétiques à Athènes. Hélas.

Augusto Draghi, Pinochet post-moderne: élu par personne, il a remplacé les chars par les chèques.

Il est peut-être temps de reposer la bonne question d' un camarade du temps jadis: la BCE, combien de divisions?

Mon prochain roman va s'appeler Emancipation. Le pitch: en 2022, un président communiste est élu contre Marine Le Pen. Le narrateur, un spécialiste des bistrots , électeur UDI, finit par prendre sa carte au Parti car finalement, le communisme, c'est pas si mal et puis Rama Yade qui est nommée premier ministre pour rassurer, c'est plutôt sexy.

Position de l'UMP pour la partielle dans la quatrième du Doubs entre PS et FN:  ni, ni, peau de chien.

Sarko confirme. A part les présidentielles de 2007, il est rigoureusement incapable de gagner une élection. Même partielle.

Libé, champion et de très loin de la "une" la plus néocons de ces derniers mois, toutes tendances confondues de la presse quotidienne: "Faut-il armer l'Ukraine?"