mercredi 4 février 2015

Exergues possibles pour des mémoires désobligeants, 30

"Rien ne m'enlèvera de l'idée que le problème littéraire numéro un, pour les trois quarts des écrivains, c'est de manger, un point c'est tout. Pas d'inventer un nouveau langage ou de découvrir un monde que personne n'a encore décrit. (Il faut laisser ça aux astronautes.)"
Roger Rudigoz, Saute le temps, journal 1960-1961( Editions Finitude)

3 commentaires:

  1. Quel chance, Jérôme, d'être plongé là-dedans. Depuis que j'ai fini les deux volumes du journal de Rudigoz, tout me paraît fade...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, la dernière fois que j'ai vu la même colère précise et écorchée c'est chez Calaferte.

      Supprimer
  2. Je connais peu Calaferte. J'ai fait une tentative avec Septentrion, et j'ai mis de côté. Mais j'aime le recueil Paraphe où l'on peut lire, par exemple, "Devant votre indécrottable bêtise, je suis en état de légitime démence."

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable