vendredi 9 janvier 2015

"Notre besoin de consolation est impossible à rassasier"

C'est finalement la phrase qui me revient sans cesse en tête depuis le 7 janvier. Elle est de Stig Dagerman, celui qui disait, et il allait le prouver, que le suicide est un accident du travail chez les écrivains. Stig Dagerman parlait aussi de la dictature du chagrin et l'unanimisme autour de l'horreur a toujours quelque chose de réconfortant, certes, mais d'effrayant comme si nous devions avoir une lecture unique de ce qui s'est passé, une lecture limitée à ce chagrin. Mon copain Serge Quadruppani, avec sa lucidité habituelle, en dit quelques mots sur son blog. Il a sans doute raison. Il a sans doute raison un peu tôt.
Mais si j'évoque le besoin de consolation impossible à rassasier, c'est parce que je suis au-delà du chagrin immédiat, qui a pris une forme aigüe avec la mort de Charb car c'est la première fois, de fait, qu'un copain meurt dans un attentat et que je suis confronté sur un plan personnel à la violence historique que d'autres, sous d'autres cieux, connaissent quotidiennement. C'est la première fois que des scénarios que j'avais évoqués dans des romans prennent corps alors que je pensais par la fiction exorciser, conjurer le fatum comme disaient les Anciens. "Si je le raconte, ça n'arrivera pas. Si je pense à tous les accidents, toutes les maladies qui peuvent me tomber dessus, ils n'arriveront pas." Cette pensée magique a volé en éclats, évidemment, le 7 janvier.
Et j'ai besoin d'être consolé parce que ce 7 janvier a aussi révélé l'état avancé de la décomposition d'une société qu'on pousse tranquillement à la guerre de civilisations, voulant nous faire croire que le choix est entre les abrutis fascisants identitaires et les tueurs islamiques. On aura beau répéter que l'identitaire raciste hait l'islamiste parce qu'il voudrait ne pas avoir perdu ce que l'islamiste a encore, l'esprit de croisade, la domination masculine, le désir de soumettre, le goût de la violence sacrificielle, on aura beau répéter qu'ils sont les deux mâchoires du même piège à cons, plus personne n'écoute. 
La consolation apportée par la fraternité militante, le corps d'une femme qui vous serre contre elle ou la poésie ne suffisent plus, cette fois-ci.
Et à part une révolution, ou une disparition dans l'exil, je ne vois pas, vraiment pas, ce qui pourra rassasier ce besoin de consolation.

7 commentaires:

  1. Je sais que les rechutes dans le désespoir seront nombreuses et profondes, mais le souvenir du miracle de la libération me porte comme une aile vers un but qui me donne le vertige : une consolation qui soit plus qu’une consolation et plus grande qu’une philosophie, c’est-à-dire une raison de vivre. (dernière phrase de ce texte magnifique)

    RépondreSupprimer
  2. Ne partez pas, en tous cas ! on a besoin de vous !

    RépondreSupprimer
  3. Et oui, Jérôme, malheureusement plus personne n'écoute... mais on part ou ?

    RépondreSupprimer
  4. Il ne convient pas de s'affliger de la mort, qui n'est qu'un changement de forme. Pourquoi regretterait-on une demeure habitée un seul jour?
    - Shantideva

    RépondreSupprimer
  5. Cher Jérôme, je suis bien ému par ce que vous écrivez et je me retrouve aussi dans le texte de votre ami Quadruppani. Nous sommes en guerre et je voudrais citer le Colonel Goya qui tient un excellent blog sur les questions militaires. Il dit qu'il faut "se demander pourquoi des Français entreprennent de massacrer d’autres français au nom d’une idéologie, s’interroger sur le pourquoi de cette idéologie et comment lui opposer un modèle encore plus fort, porter le combat sur les foyers djihadistes, en finir une fois pour toute avec la tolérance vis-à-vis du prosélytisme des monarchies du Golfe." Cette fureur djihadiste venue d'ailleurs s'infiltre avec efficacité dans les failles de notre société : histoire coloniale mal digérée, paupérisation et ghettoïsation des banlieues, prisons devenues des foyers de conversion à l'islamisme radical, incapacité congénitale à apprécier sereinement le fait religieux, etc. Il faut agir vite et bien, en marchant sur une crête étroite : ne pas stigmatiser les musulmans de France tout en leur demandant d'agir résolument au sein de leur communauté, faire la guerre à l'étranger partout où c'est nécessaire sans passer pour un ennemi de l'Islam et donner des arguments à l'ennemi. Je doute que l'on ait les dirigeants capables de se hisser à l'altitude nécessaire.
    Bien à vous,
    Matthieu
    http://lavoiedelepee.blogspot.fr/2015/01/en-guerre.html
    http://lavoiedelepee.blogspot.fr/2015/01/attaque.html
    http://www.la-croix.com/Actualite/France/A-Bordeaux-l-imam-invite-ses-fideles-a-sortir-du-silence-2015-01-09-1290955

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable