dimanche 4 janvier 2015

Merkel/Le Pen, même combat.

Le Beau et la Bête.


Dans l'Huma: Grèce : Tsipras veut "en finir avec l'austérité",  Merkel menace son pays d'une "sortie de la zone Euro" 
Alors vous voyez, comme ça, les choses sont claires:
L'euro, c'est le mark et les chefs, c'est la droite allemande encore plus que Bruxelles. Ca, on s'en doutait un peu, vous me direz. En revanche que l'ingérence allemande se fasse quand c'est Syriza qui est à 30% et non le FN qui est à 25 ou Aube Dorée quand ils étaient à autant devrait enfin prouver, même aux plus aveugles, deux autres choses à propos du FN en particulier et de l'extrême droite en Europe en général dans ses rapports avec le capitalisme.
1° Chez ces ordures de l'ordolibéralisme, on n'a plus peur d'une gauche radicale que d'un populisme postfasciste. Le populisme postfasciste est, selon les circonstances historiques, un repoussoir pour discréditer les politiques alternatives soit, si le temps devient vraiment mauvais, un allié, un bras armé. Vous avez, le vieux refrain, "plutôt Hitler que le Front Populaire"
 
2° Il faut déposséder Merkel et l'UE de l'Euro, il faut tenter d'en faire jusqu'au bout un outil économique de gauche et pour cela soutenir Syriza. Elle n'a rien à perdre avec la Grèce, la luthérienne de mes deux? Voire. Et avec le Portugal, l'Espagne, demain la France, est-ce toujours si sûr? Ce rapport de force-là est gagnable. Et si on ne gagne pas, à ce moment là et seulement à ce moment là, la question de la sortie se posera.

***
  Merkel, si Le Pen ou Viktor Orban lui garantissent la pérennité de l'ordolibéralisme, elle signe des deux mains. Elle n'a pas d'ennemi au centre ni à droite ni à l'extrême droite. Ca tombe bien, je suis un démocrate, je souhaite la victoire de Syriza et une renégociation de la (fausse) dette. En même temps, moi, symétriquement, j'ai pas d'ennemi à gauche et si une new-Fraction Armée Rouge vient lui buter ses patrons, je ne dis pas que j'approuverais, mais si certains ont besoin d'une soupe et d'une planque, il y a moyen.