jeudi 8 janvier 2015

Le jour d'après, les larmes aux yeux

Charb, je le connaissais quand même bien. La fête de l'Huma, les 1er mai à Arras avec Colères du Présent et surtout ces dix jours, avec la même association, à faire des ateliers d'écriture ou de dessins de presse, à la Réunion, dans le quartier du Chaudron ou avec les ouvriers agricoles des Hauts. On trouvera des échos de tout ça dans FQG. C'était en 2009 et c'est là qu'il avait croqué tous les membres de l'équipe, dont mézigue. La dernière fois, c'était pour les cinquante piges d'un pote, à Arras. Il était avec ses pandores de garde 24h sur 24 dont j'ai bien l'impression qu'un des deux est resté sur le carreau hier. Et Charb n'aura jamais cinquante ans, donc.

Du coup, à Arras, pour les 1er mai de Colères du présent, il y en avait de la bande à Charlie et notamment Honoré dont j'ai appris la mort hier soir, tard. Il m'avait pratiquement fait cadeau de ça, après une bouffe et une longue conversation, en 2007. C'est vraiment de saison, je trouve.


C'est dur, tout ça, surtout quand on a en plus l'impression, alors que les cadavres sont encore tièdes, que se referment les deux fameuses mâchoires du même piège à cons.
Je pense à mon Babouse, aussi, bien connu des lecteurs du FQG qui n'a pas pu se rendre à la réunion de rédaction de Charlie, hier, au dernier moment.
Nous serons, camarades, les derniers civils. Et si ce n'est plus possible, nous partirons.