lundi 12 janvier 2015

Avec Valérie Pécresse, les conneries commencent...

Valérie Pécresse a déjà réclamé un Patriot Act à la française, dans un touite, dès dimanche. C'était prévisible pour n'importe quel lecteur un peu conséquent des Commentaires de GD, dit le Vieux de la Montagne qui écrivait déjà en 1988: 
"Cette démocratie si parfaite fabrique elle-même son inconcevable ennemi, le terrorisme. Elle veut, en effet, être jugée sur ses ennemis plutôt que sur ses résultats. L’histoire du terrorisme est écrite par l’État ; elle est donc éducative. Les populations spectatrices ne peuvent certes pas tout savoir du terrorisme, mais elles peuvent toujours en savoir assez pour être persuadées que, par rapport à ce terrorisme, tout le reste devra leur sembler plutôt acceptable, en tout cas plus rationnel et plus démocratique."  
Pour les mal-comprenants, il ne s'agit pas d'un texte complotiste, il n'est pas dit ici que c'est l'Etat qui a armé les terroristes, il est juste dit que le capitalisme sait très bien utiliser ses ennemis pour montrer son excellence, comme le faisait Big Brother avec Goldstein. Et, l'occasion faisant le larron, assurer un peu plus de contrôle sur ses populations, au nom des droits de l'homme, évidemment. 
On appréciera aussi ce paradoxe que ce sont les plus libéraux en économie qui sont les plus liberticides en matière de libertés publiques, tant il est vrai que le dispositif qui empêchera, à l'occasion, des dingues barbus de faire un carnage pourra aussi servir, et de manière plus systématique, à empêcher une grève, un mouvement social, une zad, une manif...

13 commentaires:

  1. Bonjour, Avez vous voyagé ? Pas seulement en Europe mais dans des pays tres eloignés et au regime politique un peu moins democratique voire pas du tout ? En voyageant beaucoup, je crois qu'on finit par comparaison (car le voyageur ne cesse de comparer) a connaitre mieux son pays d'origine. On est plus magnanime. Plus lucide aussi. Comme avec une femme qu'on quitte ou qui vous largue (c'est tellement plus frequent), dont on se dit, plein d'un optimisme aussi vulgaire que masculin : "Une de perdue, dix de retrouvées". Pour finalement s'apercevoir qu'en fait on a perdu celle qu'on aimait. Et retrouvé personne. Car au retour de ces pays lointains, qu'on a pu aimer au point d'y rester quelques temps, n'avez vous pas mieux senti les differences, puis vu la petite France, sa tres perfectible democratie et ses insupportables habitants (car ils le sont) avec un oeil momentanement bienveillant, ou comme un des rares endroits ou par contraste un bonheur, tres imparfait et tres provisoire, reste malgré tout possible ?

    RépondreSupprimer
  2. Et? Et quoi? Parce que c'est pire ailleurs, cela autoriserait à être moins bon ici? C'est précisément parce que je fais une certaine idée de la France, et accessoirement de la liberté, de l'égalité, de la fraternité et de la République, qui sont ou devraient être des synonymes qu'il est hors de question que je laisse le capitaloparlementarisme se transformer en dictature plus ou moins soft pour tenter de me protéger des périls qu'il a créés par des politiques étrangères compradores.

    RépondreSupprimer
  3. cher Jérôme,
    en lisant GD hier, je me disais qu'on était en plein dedans...Le pire c'est qu'un terroriste n'est pas une faille mais un aboutissement du système capitaliste, il est le diable qui te fera acheter des indulgences (assurance vie, stock options, caméra de surveillances, armes à feu etc...) .
    C'est à dire un mode de vie qui sépare l'homme de son produit, et de la pensée de ce produit. Tout revient en somme à faire qu'il y ait "décalage" entre être et avoir ce qui fait la panacée du capitalisme.
    bonne journée

    ps: je viens de retrouver un petit disque de 68 illustré par Wolinski
    où un père dit à son fils
    "mais fiston ne vois tu pas que ce sont les rouges qui sont derrière tout ça"
    le fils de répondre
    "ô papa je t'en prie, laisse la peur du rouge aux bêtes à cornes"...








    RépondreSupprimer
  4. Quite Orwellian indeed...
    Verre à moitié plein, nous allons pouvoir étudier en temps réel la stratégie du choc de Naomi Klein. Les gens sont abasourdis et désorientés: la militarisation de la police, le renforcement de la surveillance généralisée, la censure d'internet et la criminalisation de toute forme de dissidence vont passer comme une lettre à la poste, désormais. Stupéfaits par le dernier "trick" que vient de leur jouer le deep state, tous les réclament déjà à cor et à cri.
    Bienvenue aux Etats-Unis d'Europe, les amis.
    A Police State is a Safe State. So stop whining about civil liberties...
    LA GUERRE C'EST LA PAIX;
    LA LIBERTE C'EST L'ESCLAVAGE;
    L'IGNORANCE C'EST LA FORCE.
    1984 était censé être une mise en garde. Pas un mode d'emploi pour les pantins au service des 1% qui posent plus bas en photo truquée avec l'air très très inquiet dans une rue pourtant vidée de ses citoyens où la sécurité a été hyper ultra renforcée...
    I'm very sorry for your loss, bro, btw.

    "The man who trades freedom for security does not deserve nor will he ever receive either."
    - Benjamin Franklin -

    Have a nice day.

    RépondreSupprimer
  5. Quand les drapeaux sont déployés, toute l’intelligence est dans la trompette.
    (Stefan Zweig)

    RépondreSupprimer
  6. Le gouvernement actuel a le même mentor en matière de sécurité que le précédent : l'inquiétant Monsieur Bauer...

    RépondreSupprimer
  7. L' obscurantisme religieux est l' allié du capital , en enfermant des peuples entiers dans des représentations obscures il empêche l' émergence de toute forme de conscience radicale et révolutionnaire. Voila pourquoi le capital installe dans certaines région des theocraties : pour mieux s' assurer la mainmise sur leur ressources naturelles en faisant retourner des pays entier à l' âge de pierre .voila pourquoi aussi avec Bouygues et Pompidou il (le capital )a fait venir des ouvriers musulmans dans la france insurrectionnelle des années 60 parce que ces gens la savaient, il l' ont écrit ,que le substrat culturel des musulmans leur empêchait toute revendication réellement révolutionnaire et radicale. C' est le capital aussi qui planifie l' abrutissement du prolétariat auquel nos trois baltringues à la ak47 n' ont pas echappé, par le divertissement de masse et la destruction programmé de l' école.La aussi les gestionnaires de notre monde ne s' en cache pas ils l' ont écrit.noir sur blanc.Dans cette affaire d' un bout à l' autre de la chaine on trouve toujours le capital, Mammon et ses sbires :Qui a financé Daesh Al quaida : le capital qui a fait entré l' islam en France Bouygues, Pompidou, le patronnat, qui produit des générations d' incultes abrutis n' ayant pour horizon que le consumérisme ou le nihilisme : toujours le capital.Est ce que les députés communistes l' ont soulignés haut et forts ? non.c' est la gauche du capital.Aussi en tant que Marxien je vous serai gré de ne point faire d' amalgame entre notre prophète (le seul qui soit scientifiquement prouvé d' ailleurs)et l' expérience soviétique dont nous avons été les premiers à souffrir , je sais que c' est tentant mais bon sang retenez vous, faites du surf comme Schiffter par exemple .Toujours est il que Brejnev par exemple que vous trouvez si chic n' aurait rien eu à dire à un patriot act liberticide, la question que nous autres anticapitalistes nous devrions nous poser c' est plutôt qu' aurait fait la commune de ces centaines de djihadistes sur son territoire . Je sens que vous avez la réponse. Car si il s' agit d' une guerre....

    RépondreSupprimer
  8. Dans le Monde hier soir, texte très juste de 4 profs d'Aubervilliers, "comment avons-nous pu laisser nos éléves devenir des assassins ?" Pour avoir travaillé ans ce même lycée pendant quarante ans, je ne peux hélas que ressasser la même question, j'ai probablement fabriqué quelques assassins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être avez contribué également à ce qu'ils n'en deviennent pas plus...

      Il va falloir reparler amour, respect, politesse plutôt que d'ériger en droit absolu l'envie de chier sur son voisin.

      Caricaturer l'islam, je m'en fous tout autant que des caricatures de plantu contre le pape. Après la liberté d'expression de Charlie me fait penser à cette scène de die hard III où Bruce Willis se ballade dans Harlem avec une pancarte où est écrit 'je déteste les nègres'. On se dit que c'est peut-être un peu con quand même...

      Supprimer
    2. Que Dieu protège tous ces morts ainsi que ceux du Nigeria et d'ailleurs.

      Supprimer
    3. Dieu mon con, Dieu ma bite, que ton non soit sanctifié, que ton oui soit jouissif, que ton vit m'habite (Arto Hebdo)
      et jugnon

      Supprimer
    4. C'est bien, tu as fait ton rot.

      Supprimer

ouverture du feu en position défavorable