lundi 12 janvier 2015

Avec Valérie Pécresse, les conneries commencent...

Valérie Pécresse a déjà réclamé un Patriot Act à la française, dans un touite, dès dimanche. C'était prévisible pour n'importe quel lecteur un peu conséquent des Commentaires de GD, dit le Vieux de la Montagne qui écrivait déjà en 1988: 
"Cette démocratie si parfaite fabrique elle-même son inconcevable ennemi, le terrorisme. Elle veut, en effet, être jugée sur ses ennemis plutôt que sur ses résultats. L’histoire du terrorisme est écrite par l’État ; elle est donc éducative. Les populations spectatrices ne peuvent certes pas tout savoir du terrorisme, mais elles peuvent toujours en savoir assez pour être persuadées que, par rapport à ce terrorisme, tout le reste devra leur sembler plutôt acceptable, en tout cas plus rationnel et plus démocratique."  
Pour les mal-comprenants, il ne s'agit pas d'un texte complotiste, il n'est pas dit ici que c'est l'Etat qui a armé les terroristes, il est juste dit que le capitalisme sait très bien utiliser ses ennemis pour montrer son excellence, comme le faisait Big Brother avec Goldstein. Et, l'occasion faisant le larron, assurer un peu plus de contrôle sur ses populations, au nom des droits de l'homme, évidemment. 
On appréciera aussi ce paradoxe que ce sont les plus libéraux en économie qui sont les plus liberticides en matière de libertés publiques, tant il est vrai que le dispositif qui empêchera, à l'occasion, des dingues barbus de faire un carnage pourra aussi servir, et de manière plus systématique, à empêcher une grève, un mouvement social, une zad, une manif...