lundi 22 décembre 2014

Tombeau pour Joe Cocker


Il me semble qu'on a pas mal embrassé
sur Night Calls
au début des années quatre-vingt dix
dans un temps où il y avait encore des radios cassettes 
dans nos voitures
où sur des voies rapides nous roulions
la nuit vers la côte belge
à moins que ce ne soit vers la trentaine
Il me semble qu'on a pas mal écrit
sur Night Calls
au début des années quatre-vingt dix
avec une Canon et ses cassettes à ruban thermique
sans trop d'espoir Le cimetière des plaisirs
on avait pourtant le ventre plat
et on tenait l'alcool dans les bars d'Ostende
aussi bien qu'un plombier à Sheffield
Mais personne n'entendait nos appels de nuit
et à côté de nous dans la voiture
une main de fille
dans un geste oublié remettait la cassette
au début 
sur Night Calls
c'était au début des années quatre-vingt dix
c’était au début des années quatre-vingt dix...

© jérome leroy22-12-2014

3 commentaires:

  1. https://www.youtube.com/watch?v=bRzKUVjHkGk

    RépondreSupprimer
  2. Homage à l'ouvrier du blues ... Merci camarade !
    Les acides et l'alcool ont eu raison du barbu de Shefield ...

    Keith Richards est, lui, toujours en vie ...

    RépondreSupprimer
  3. Quelle coïncidence : "Night Calls" est le morceau qui m'a fait découvrir Joe Cocker. Je trouvais qu'il avait une grande classe. Et effectivement, c'était bien un morceau du début des années 90, où le top 50 offrait encore une belle variété, et où on avait encore quelques pépites.

    D'ailleurs, puisqu'on parle de pépites, je vous propose "Shine" de Charles & Eddie :

    https://www.youtube.com/watch?v=ZGzKW6iwHno

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable