dimanche 14 décembre 2014

Sauf dans les chansons, mars 2015

Les épreuves sont arrivées

6 commentaires:

  1. On se réjouit...mais quel air sévère, tout de même ! Contrarié ?

    RépondreSupprimer
  2. Vous avez raison, cher ami, alors qu'il n'y a aucune raison (sinon la permanence catastrophique du libéralisme mais c'est une autre affaire.) J'ai donc recadré.

    RépondreSupprimer
  3. Cher Jérôme, n'ayez crainte, il faut bien que s'accomplissent les Écritures :
    « Et tous les rois de la terre, qui se sont livrés avec elle à l'impudicité et au luxe, pleureront et se lamenteront à cause d'elle, quand ils verront la fumée de son embrasement. Se tenant éloignés, dans la crainte de son tourment, ils diront: Malheur! malheur! La grande ville, Babylone, la ville puissante! En une seule heure est venu ton jugement! Et les marchands de la terre pleurent et sont dans le deuil à cause d'elle, parce que personne n'achète plus leur cargaison, cargaison d'or, d'argent, de pierres précieuses, de perles, de fin lin, de pourpre, de soie, d'écarlate, de toute espèce de bois de senteur, de toute espèce d'objets d'ivoire, de toute espèce d'objets en bois très précieux, en airain, en fer et en marbre, de cinnamome, d'aromates, de parfums, de myrrhe, d'encens, de vin, d'huile, de fine farine, de blé, de boeufs, de brebis, de chevaux, de chars, de corps et d'âmes d'hommes. Les fruits que désirait ton âme sont allés loin de toi; et toutes les choses délicates et magnifiques sont perdues pour toi, et tu ne les retrouveras plus. Les marchands de ces choses, qui se sont enrichis par elle, se tiendront éloignés, dans la crainte de son tourment; ils pleureront et seront dans le deuil, et diront: Malheur! malheur! La grande ville, qui était vêtue de fin lin, de pourpre et d'écarlate, et parée d'or, de pierres précieuses et de perles! En une seule heure tant de richesses ont été détruites! Et tous les pilotes, tous ceux qui naviguent vers ce lieu, les marins, et tous ceux qui exploitent la mer, se tenaient éloignés, et ils s'écriaient, en voyant la fumée de son embrasement: Quelle ville était semblable à la grande ville? Et ils jetaient de la poussière sur leurs têtes, ils pleuraient et ils étaient dans le deuil, ils criaient et disaient: Malheur! malheur! La grande ville, où se sont enrichis par son opulence tous ceux qui ont des navires sur la mer, en une seule heure elle a été détruite! » Apocalypse, 18

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cool! Je vais voir ce que ça donne dans la traduction janséniste de Lemaître de Sacy, si belle qu'on croirait du Racine.

      Supprimer
    2. 9 Alors les rois de la terre, qui se sont corrompus et ont vécu dans le luxe avec elle, pleureront sur elle, et frapperont leur poitrine en voyant la fumée de son embrasement.

      10 Ils se tiendront loin d’elle, dans la crainte de ses tourments, et ils diront :
      élas ! hélas ! grande ville, Babylone, ville si puissante ! ta condamnation est venue en un moment.

      11 Les marchands de la terre pleureront et gémiront sur elle ; parce que personne n’achètera plus leurs marchandises :

      12 ces marchandises d’or et d’argent, de pierreries, de perles, de fin lin, de pourpre, de soie, d’écarlate, de toute sorte de bois précieux, de toute sorte de meubles d’ivoire, et de pierres précieuses, d’airain, de fer et de marbre,

      13 de cinnamome, de senteurs, de parfums, d’encens, de vin, d’huile, de fleur de farine, de blé, de bêtes de charge, de brebis, de chevaux, de carrosses, d’esclaves vigoureux, et d’autres âmes serviles.

      14 Les fruits aussi dont tu faisais tes délices, t’ont quittée ; toute délicatesse et toute magnificence est perdue pour toi, et tu ne les retrouveras jamais.

      15 Ceux qui vendent ces marchandises, et qui se sont enrichis avec elle, s’en tiendront éloignés dans l’appréhension de ses tourments ; ils pleureront et soupireront,

      16 et ils diront : Hélas ! hélas ! qu’est devenue cette grande ville qui était vêtue de fin lin, de pourpre et d’écarlate, et parée d’or, de pierreries et de perles !

      17 car toutes ces richesses se sont évanouies en un moment. Tous les pilotes et tous ceux qui sont sur mer, les mariniers et tous ceux qui trafiquent sur mer, se sont tenus loin d’elle ;

      18 et se sont écriés en voyant la place de son embrasement : Quelle ville, disaient-ils, a jamais égalé cette grande ville ?

      19 Ils se sont couvert la tête de poussière, jetant des cris accompagnés de larmes et de sanglots, et disant : Hélas ! hélas ! cette grande ville, qui a enrichi de son opulence tous ceux qui avaient des vaisseaux en mer, se trouve ruinée en un moment !

      Supprimer
  4. Très beau ; ces MM. de Port-Royal avait du style et de la tenue.
    Ma traduction était celle de Louis Segond, pasteur suisse mort en Dix-huit-cent-huitante-cinq.

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable