lundi 8 décembre 2014

L'ange gardien: les mots d'Elsa, en attendant Lyon.

Dans le dernier numéro de la revue Alibi, on demande à des auteurs d'aujourd'hui d'indiquer en quelques lignes le roman noir qui les a marqués ces derniers temps.

Voici ce qu'écrit Elsa Marpeau, à propos de L'ange gardien. J'ai beau savoir que c'est une amie, j'ai beau savoir qu'elle est redoutablement intelligente, j'ai beau savoir que c'est un bel écrivain, je ne m'attendais pas à ce concentré de perspicacité et de sensibilité. Etre mieux compris par l'autre que par soi-même, volupté ultime de celui qui écrit:
Sinon, L'ange gardien a été sélectionné pour le Prix des lecteurs/20minutes-Quais du polar 2015

5 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Très bien vu, en effet, sauf que Martin Joubert n'est nullement taxé dans le roman d'"écrivain raté", ce me semble : besogneux, à coup sûr, pour d'évidentes raisons alimentaires, mais le recueil Sauter les descriptions, par exemple, n'a pas déplu à Berthet, qu'on ne peut taxer d'ignare en matière de poésie.
    Non, plutôt un écrivain qui jusque là ne pouvait pas encore donner toute sa mesure…
    Et quelque peu kierkegaardien, c'est vrai, ce à quoi je n'avais pas encore songé.

    RépondreSupprimer
  3. On croise les doigts pour le Prix 20 minutes/Quais du Polar et on vous espère à Lyon...le lieu du festival risque de ne pas vous plaire, le palais de la Bourse, temple kitsch des affaires et du commerce; mais on sait que les banquiers et les marchands lyonnais sont traditionnellement lettrés; ce n'est pas la Belle Cordière qui me contredira.

    RépondreSupprimer
  4. Et oui, le sommet de la vie littéraire de ma bonne ville de Lyon coïncide en effet avec l'émergence du capitalisme, étonnant non ?

    RépondreSupprimer
  5. Dans chaque ville, il y a une rue du représentant Baudin. Baudin, obscur franc-maçon, meurt sur une barricade en singeant l'aristocratie. Il tombe en ayant préalablement prophétisé sa mort. Le bourgeois s'est fait un nom pour ces quelques mots : "vous allez voir comment on meurt pour 25 francs" ... Ca ne vaut pas Madame de La Fayette ou François Villon. Un bourgeois singeant l'aristocrate ne vaut ni le peuple, ni le noble ... Et pourtant il essaie ... Il en reste des vestiges comme à Lyon ...

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable