lundi 6 octobre 2014

Un gouvernement de rêve

Même si vous n'êtes pas communiste et même si vous n'êtes pas du Nord (car personne n'est parfait), vous pouvez vous abonner à Liberté Hebdo, le petit canard rouge qui vient de fêter ses soixante-dix ans d'existence mais qui traverse une crise très grave. 
Cela fait plus de sept ans que sous le titre Le Talon de fer, je donne une chronique hebdomadaire. Voici celle de cette semaine et, à la fin, un bulletin d'abonnement. Donnez, donnez: dieu ne vous le rendra pas, le prolétariat si. Pour tout abonnement de soutien, une authentique manifestant pour tous empaillé qui fera la joie des petits et des grands.


Un gouvernement de rêve.


On présente tellement comme inévitable la victoire de la droite en 2017 que l’on en arrive à souhaiter la droite la moins pire. C’est dire à quoi l’on en est réduit pour éviter Sarkozy, voire le FN, voire Sarkozy ET le FN. Voici donc, en primeur pour les lecteurs de Liberté Hebdo ce que pourrait être un gouvernement centriste, rajeuni, féminisé, européen qui allierait l’expérience et l’énergie, comme au Sénat

Président de la République : Alain Juppé, « le meilleur d’entre nous »

Premier ministre : Valery Giscard d’Estaing. Encore vert – il est académicien, il symbolise une politique européenne moderne et libérale. Il saura animer une équipe.

Ministre de l’Economie et des finances : Yvon Gattaz. Né en 1925, beaucoup plus cool que son fils, il pourrait réconcilier les français avec l’entreprise en revenant à la semaine de 45 heures car « Macron est peut-être allé trop loin en la portant à soixante. »

Ministre de l’Education nationale et de l’enseignement supérieur : Alice Saunier–Séité (demandée expressément par VGE, elle remplacera avantageusement Najat Vallaud-Belkacem)

Ministre de la Recherche et des Nouvelles Technologies : Jean-Jacques Servan-Schreiber. L’homme idéal à ce poste car il avait prévu Facebook dès 1972. En plus, il pourra ainsi démentir une rumeur persistante qui le donne pour mort.

Ministre de la Santé et de la Famille : Simone Veil. Elle connait bien les dossiers et pourra faire avancer la question sur la PMA et la GPA en se faisant soutenir par l’opposition de gauche comme à l’époque de l’IVG.

Ministre de l’Intérieur : Charles Pasqua. Cela va de soi, il rassurera la partie la plus droitière de l’électorat et terrorisera les terroristes ou djihadera les djihadistes, comme vous voudrez. Il mettra aussi un point d’honneur à lutter contre la subversion communiste et les espions nichés à l’ambassade d’URSS.

Ministre de la Défense : Bernard-Henri Lévy. Quoique réformé et un peu jeune (65 ans), Bernard-Henri Lévy a de grandes idées sur la stratégie comme il l’a prouvé en envahissant la Libye presque tout seul et en la laissant dans l’état où il l’avait trouvée en entrant.  

Ministre du Commerce Extérieur : Jean-Pierre Raffarin. Lui aussi est encore un peu jeune mais il a toujours eu de très bonnes relations avec la Chine qui apprécie beaucoup sa sagesse millénaire : «  Si on met la voiture France à l'envers, nous n'aurons plus la capacité de rebondir » (6 décembre 2006)

Ministre de la Culture : Jean d’Ormesson. Un bel exemple d’ouverture à la société civile. Jean d’Ormesson est en plus très sensible aux formes de la culture jeune : rap, hip-hop, tag…

Ministre des Affaires Etrangères : Jean-Claude Gaudin. Toujours dynamique, il a fait part au nouveau Président de la République de son désir de voir un peu autre chose que Marseille et le Sénat.

Ministre du Travail, de la Santé et des Affaires sociales : Edith Cresson, au titre de l’ouverture à gauche et qui a déclaré, à peine arrivée : « On n’est pas des pédés comme les Anglais ni des fourmis comme les Japonais, y a pas de raison qu’on se mette pas tous au boulot, merde ! »

Ministre déléguée à la Dépendance auprès de la Ministre de la Santé : Bernadette Chirac. Son nom rappellera de bons souvenirs aux gaullistes et aux vaches. « La Dépendance, je sais de quoi je parle : Jacques m’a encore demandé ce matin si Pompidou allait mieux. »


 Vite, ça urge


2 commentaires:

  1. Jean d'O est vraiment cultivé, lui;
    Bernadette Chirac rappellera de bons souvenirs aux peaux de vache, vous voulez dire; j'ai adoré son couplet sur la froideur de Juppé, l'hôpital qui se fout de la charité; avec sa choucroute sur la tête, elle me rappelle la Marquise d'Urfé dans le Casanova de Fellini; elle croit d'ailleurs pouvoir se réincarner dans le corps de Sarkozy; reste à trouver le Casanova qui opérera la "transmutation"...et aussi une Marcolina; c'est pas gagné!

    RépondreSupprimer
  2. On vous a connu plus inspiré, mais bon pour me faire pardonner mon mauvais esprit, je m'abonne

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable