vendredi 10 octobre 2014

Quartier perdu

La belle vie. Temps suspendu, très loin en octobre. C'est dans le quartier de Fives, à Lille, ancien bastion ouvrier qui n'a pas encore été gentryfié, ni même boboïsé. Pas loin de la place Degeyter, le compositeur de l'Internationale, qui fut ouvrier dans le coin. On est toujours en 1950. On a mangé à l'Epi d'orge des potj et des bavettes de 500 grammes par tête de pipe avec des montagnes de frites. On a bu des Carmélites Triple. Ca braille joyeusement. 
Dehors, le vieux prolo mélancolique fume sa cigarette en regardant le ciel: "Vous êtes toudis communistes? C'est bien, cha. Ichi, ch'est la misère, y a même pus de bistrots. Mais plus loin, -tu ravises la rue du Long-Pot?, y a un Kabyle qui tient un couscous et qu'est poète. Tu verros comment ché biau ch'qui dit."
Le calme est revenu dans l'Epi d'orge. Il est trois heures. 
On est au bon endroit, au bon moment. Le ciel est flamand. On apprend par le SMS d'un pote que Modiano a le Nobel. Et tout nous semble encore plus cohérent, soudain, dans ce quartier perdu et retrouvé.

3 commentaires:

  1. Un vrai quartier populaire avec une identité

    RépondreSupprimer
  2. Cher Jérôme,

    Merci pour ce post empreint d'une mélancolie toute simenenonienne...
    Fives fut un des épicentres les plus importants de la vie ouvrière lilloise.
    Aujourd'hui, cette zone interstitielle concentre toute l'anomie suburbaine :

    http://www.lavoixdunord.fr/region/lille-violences-inquietantes-entre-dealers-de-fives-et-ia19b0n2425120

    C'est aussi un quartier qui est un véritable laboratoire de la "politique de la ville" :

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/06/08/lille-offre-une-seconde-vie-au-site-industriel-de-fives-cail-babcock-et-a-son-quartier_3426566_3234.html

    Bref, tout ce qu'on aime...

    Une petite photographie de l'usine Lille-Fives dans les années 50 ici :

    http://www.zerologie.net/DOSHERI/archeologie-urbaine-serie3.html#

    Amicalement.

    RépondreSupprimer
  3. Lille-Fives, du côté de la rue Pierre Legrand...
    Cette rue pas très loin de chez mes parent à Mons... Souvenir de l'usine Peugeot aussi, avec cet homme qui m'a tant appris sans avoir besoin de mots, revenant en vélo le soir du travail, clope au bec...

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable