samedi 4 octobre 2014

Propos comme ça, 12

Jean-Jacques Pauvert est mort et La Manif pour tous est vivante. Il m'est arrivé d'écrire des conneries sur Sade. Je le regrette. Il me suffira de voir défiler "les familles" qui vont défiler ce dimanche pour soudain comprendre très exactement la nature du danger dont Sade voulait me prévenir, personnellement, dans Les 120 journées et, surtout,  La Philosophie dans le boudoir.

"La famille sans le familialisme" écrit Barthes, légendant une photo de Barthes par lui-même. La Manif pour tous, c'est exactement le contraire.

François Lenglet, élu par personne, libéral enragé, s'adresse aux politiques comme s'ils étaient des élèves plus ou moins compétents. Quand il se mouche, ce qu'il trouve dans son mouchoir, c'est de la morgue.

Je me pose une question, comme ça, tout à coup: est-ce que ce sont les mêmes qui font la queue cinq heures comme des glands pour avoir le dernier I Phone et qui traitent de tous les noms la fille au seul guichet ouvert de la poste au bout de cinq minutes? Quelque chose me dit que oui. Dans les camps de rééducation à régime sévère, on leur fera donc lire, à ces zombies postpoujadistes, Néofascisme et idéologie du désir du regretté camarade Clouscard avant qu'ils aillent travailler dans les sovkhozes du Bourbonnais.