dimanche 5 octobre 2014

Et pendant ce temps-là, on lira le gentil René...

Comment fais-tu l'amour, Cerise?
Au crépuscule conjugal
L'ennui des nuits te paralyse
Et ton beau corps lit le journal.

Comment fais-tu l'amour, Cerise,
Mais le vrai, celui qui te monte
Au ciel et te souffle sa brise
Et te réchauffe et te fait honte?

Le fais-tu nue dans les moissons
Pour que nul ne voie au passage
Ta récolte de cheveux blonds,
Ta peau de blés sous les nuages?

Le fais-tu vite entre deux portes,
Avec la peur qui bat tes tempes?
Le fais-tu sur les feuilles mortes
Aux jours où ton coeur se détrempe?

René Fallet, Dix-neuf poèmes pour Cerise

3 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  2. Va lire Causeur, abruti. J'en ai parlé.

    RépondreSupprimer
  3. Comment fais-tu l’amour, Cerise,
    En quel louche hôtel de province,
    Sous quels papiers peints de bêtise,
    Sur quel sommier qui pleure et grince?

    Avec qui le fais-tu, Cerise,
    Avec qui ton petit naufrage,
    Le représentant de chemises
    Ou le quincaillier du village?

    Par quel vulgaire, ô ma Cerise,
    Te laisses-tu pincer les fesses,
    Toi que le médiocre méprise
    Puisque tu es beauté, jeunesse?

    Beauté, jeunesse, ils ne s’en servent
    Que pour oublier leurs factures,
    Ils craignent l’œil qui les observe
    Et regrimpent dans leur voiture.

    ../..

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable