lundi 27 octobre 2014

Aucune raison de se presser

Pont de l'Yèvre, deux heures.
Aucune raison de se presser. Soleil d'automne sur Vierzon. Des poèmes de Fombeure, de Thomas et de Hardellet dans la poche. 
Le bord de l'eau. 
Ca sent les prolongations dans l'errance,  pour tout dire.

"Et plus tard
  Il suffit de renverser le sablier"
Celui-là, cela faisait un bail qu'on le recherchait.