dimanche 28 septembre 2014

"Prends garde à la douceur des choses."

Dimanche 28 septembre 2014, 8H50, 15e arrondissement
Les matins de fin d'été
ou de début d'automne
surtout un dimanche
ont le goût exact
du temps qui passe
L'âge et une légère gueule de bois
me rendent aussi fragile
que la trame du ciel
Ce n'est pas une sensation désagréable
puisque tout est tendre 
jusqu'à la pierre de taille
des immeubles Haussmann 
Ils s'étirent 
comme une grande fille
solide et sûre de son corps
quand elle se réveille
Le bleu est plus un souvenir du bleu
qu'autre chose
un bleu qui se rappelle
dans le calme de la ville
comme il était jeune encore
au coeur de juillet
Je suis fragile comme ce bleu-là
Je suis le souvenir de moi-même plus que moi-même
et c'est bien dommage car rien ne serait bon
comme de coïncider avec moi
en cet instant précis
en ce matin de fin d'été
ou de début d'automne
Je suis certain que j'apprécierais mieux
le goût exact 
du temps qui passe
et du café
à la terrasse déserte 
de ce bistrot
place Charles-Michels
dans le bleu pâle
dans le bleu fragile
dans le bleu du temps.


©Jérôme Leroy septembre 2014






2 commentaires:

  1. Jacques Réda et Roger Caillois ont écrit des phrases excellentes sur le quinzième

    RépondreSupprimer
  2. Très beaux poèmes de Jacques Roubaud aussi sur le XVème

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable