samedi 21 juin 2014

L'éternel retour


L'été. 
C'est à dire, évidemment, l'éternel retour. 
C'est à dire, évidemment, la toute divine Catherine Spaak qui se réveille, adolescente, dans La Parmigiana, version amusée et sensuelle de La belle matineuse façon Dolce Vita.
Une minute et vingt neuf secondes d'éternité. 
Je vous aime.

8 commentaires:

  1. Pour cette minute (et des broutilles) de grâce je vous offre, en retour, cette mélodie, prête à se briser à chaque seconde de sa course...

    RépondreSupprimer
  2. Une minute trente de pur bonheur, merci.

    RépondreSupprimer
  3. http://www.youtube.com/watch?v=s2ygQf_c7JM#t=48

    RépondreSupprimer
  4. et, bon sang, sous le coup de l'émotion, j'en ai oublié le lien (le dit cadeau) :

    http://www.youtube.com/watch?v=JMX4H3Bj6U0

    RépondreSupprimer
  5. C'était il y a 4 ans que j'ai découvert sur ce blog, tour à tour, Catherine Spaak, "La Noia", Rita Pavone et sa chanson "Che m'importa del mondo", qui depuis résonne dans ma tête à chaque été. Merci Jérôme !

    https://www.youtube.com/watch?v=77Vno6mzKOs

    RépondreSupprimer
  6. Catherine Spaak, aussi vite enfuie chez Risi que chez Verneuil. A peine est-on fou d'elle qu'il faut partir (mourir).

    RépondreSupprimer
  7. Mais qu'est-ce que vous avez tous avec Catherine Spaak ?

    Signé : une brune !

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable