mardi 24 juin 2014

Exergues possibles pour des mémoires désobligeants, 9


« La qualité justifie tout, dans chaque domaine où elle est présente. Je n’ai moi-même, comme vous savez, disposé d’aucune « fortune personnelle ». C’est ce qui m’a contraint à truander, en somme, dès ma folle jeunesse, et depuis. Mais je ne l’ai fait que dans les limites plutôt strictes que traçait ma « façon de penser », et dans la seule intention de préserver mon indépendance, sur une telle base, ainsi que les principaux de mes goûts. Comme ne figuraient pas, parmi ces goûts, celui de me spécialiser outre mesure, ni celui de faire des concessions, à aucune espèce de public, vous pensez bien que mes quelques talents ont été tout au plus suffisants pour me maintenir dans ce qui peut être considéré comme une honorable gueuserie."  
Guy Debord, Correspondance, volume 7, lettre du 2 octobre 1992

4 commentaires:

  1. Merci de nous rappeler ce passage tout à fait considérable de la "Correspondance" de Debord, sachant bien évidemment qu'il aura été un maître et un modèle radical pour définir cette sorte de morale qui consistait à bien vivre (sans travailler). C'est un point essentiel pour comprendre toute cette pensée, et repartir de là. Chaque génération désormais sera confrontée à cette alternative du désoeuvrement ultime, en tant que pensée nécessaire.

    RépondreSupprimer
  2. C'est bon "la gazelle" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La bière sénégalaise. Elle a le mérite d'être fraîche. Surtout laisser la capsule à moitié entrouverte sur le goulot, sinon ce sont les mouches qui picolent en masse.

      Supprimer
    2. Faut que je goûte ça avant le dernier crash

      Supprimer

ouverture du feu en position défavorable