lundi 12 mai 2014

On se répète mais...

....c'est au nom de la beauté de ce monde là qu'il faudra brûler les banques, les agences de notation, les patrons, les salles de marché si nous ne voulons pas la voir disparaître dans l'interminable agonie de l'économie spectaculaire-marchande.