dimanche 4 mai 2014

Nos vies pressées




Un dimanche soir bleu, en mai.
Le calme de cette heure-là, le chat, la presse éparpillée, un vieil exemplaire en blanche de Monsieur Paul de Calet, un verre d'Amphibolite pour refaire la bouche et chasser l'attendrissement mélancolique à l'idée que nos vies pressées auraient pu, auraient dû et devraient à l'avenir ressembler à ça, tout le temps.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

ouverture du feu en position défavorable