vendredi 9 mai 2014

Le plus beau poème de la journée....

est dans le titre de cette dépêche d'aujourd'hui:  

Trois adolescents s'évadent d'une prison pour mineurs de Marseille.


Ce qui m'enchante, c'est le parfum d'amitié, de rébellion et de mauvais esprit, c’est-à-dire précisément de poésie, qui émane de cette phrase. C'est aussi, dans sa remarquable concision, ce qu'elle dit de notre temps qui a des "prisons pour mineurs." On oublie, à force de propagande poujadosécuritaire,  la saloperie tranquille que représente cette simple idée de geôle pour les mômes. Marseille, pour finir, ajoute cette touche d'éternité que fait toujours la mer mêlée au soleil, comme on le sait depuis Rimbaud.
Pour le reste, l'idée de la poussée urticante que provoque une telle phrase chez l'habituel quarteron de commentateurs néoréacs pour lesquels il s'agira là de chiens enragés probablement bougnoules sur lesquels la police devrait avoir le droit de tirer à vue si elle n'était pas empêchée par des juges rouges et des ministres nègres, cette idée, donc, parachève notre bonheur.