jeudi 8 mai 2014

Comme un communiste, un 8 mai.

Hommage conjoint des vétérans du Parti et des JC, ce matin, à nos camarades résistants tombés à Lille pendant l'Occup. C'était au carré des fusillés du cimetière de Lille Sud, puis devant une plaque de la rue des Postes.
Quand nous sommes passés chercher Guy, 90 ans, nous attendant en cravate, avec l'Huma et une tasse de café sur la table basse, j'ai su à nouveau pourquoi je ne répondais plus aux guignols sinistres qui me demandent périodiquement comment on peut être communiste en 2014.
En revanche, je confirme, comme dit Guy, que "si les copains se réveillaient aujourd'hui, ils verraient qu'il y a encore du boulot."  
Une dernière chose, il n'y a évidemment pas de "devoir de mémoire", expression que j'ai toujours trouvée un rien suspecte par son côté coercitif. Non, il est juste question, ici, d'une fraternité dans le Temps, d'une nécessité à la fois intime et historique.