jeudi 10 avril 2014

Une expérience que je ne souhaite à personne


Ce n'est pas de la nostalgie, juré. Je ne sais pas ce qui s'est passé, une déchirure du continuum spatiotemporel, sans doute, et je me suis retrouvé à onze ans sur le siège arrière d'une R5 orange. Sur l'autoradio Blaupunkt, c'était le hit parade de RTL avec André Torrent et il y avait ça qui passait. 
Pendant un instant de pure terreur,  j'ai cru que j'allais rester prisonnier de l'été 76.
Et puis heureusement, j'ai compris que j'étais revenu dans le présent quand j'ai vu Manuel Valls à la télé. 
C'est tellement bon, le présent, quand on sait qu'on est dans un monde de gauche avec des smartphones et des baisses de charges.

21 commentaires:

  1. C'est dans une R16 que mes onze ans me ramènent : je découvre que VGE, que je pensais être roi de France, va quitter son trône. Je demande alors "C'est quoi une république ?" en pleurant. J'en pleure encore...


    RépondreSupprimer
  2. J'y crois pas. Vous n'avez rien trouvé de mieux pour illustrer l'été 76 que cette boulotte commune et sirupeuse ? L'été 76, il a 14 ans, un corps en acier trempé, une grâce sauvage et féline, il est parfait et il est à Montréal. Je ne vous dis pas bravo. http://youtu.be/QtmSDCfCpHY

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne relèverai pas le scandaleux parti-pris, la prime au corps torturé des adolescentes à puberté tardive qui donna naissance à l'esthétique giacometto-anorexique qui domine encore si visiblement quarante ans après et a créé des générations de pédérastes, du coup.

      Supprimer
    2. l'esthétique giacometto-anorexique ça date d'avant, Jérôme, mais vous êtes trop jeune pour vous souvenir de Twiggy ou de Sandie Shaw...

      Supprimer
    3. Nadia Comaneci, c'est une grande réussite d'un régime communiste. Ça devrait te plaire...

      Supprimer
    4. Nadia Comaneci c'est une grande réussite d'un régime communiste. Ça devrait te plaire...

      Supprimer
  3. Entièrement d'accord avec Nadia. On accroche sa nostalgie où on peut, mais là, sur cette boulotte qui couine, je n'ai rien à partager. Quant à la différence entre les fils de bourge qui fantasment sur les prolotes boulottes et les fils de prolos qui fantasment sur NKM, n'y revenons pas, va. La seule chose qui les rapproche, au fond, c'est qu'ils avouent leur goût pervers pour des meufs de droite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce déterminisme me désespère, camarade. J'ai connu de magnifiques fleurs de courées, flexibles et cinglantes comme des roseaux kabyles et des rousses aux grâces de chat maigre. Et puis sous les moulures des appartements avec vue sur des avenues calmes comme des cimetières, des lycéennes avec des rondeurs fraiches d'oreillers, des hanches rassurantes comme des dimanche matin.

      Supprimer
    2. Serge, vous êtes homme de goût, mais je le savais déjà.
      On va laisser Jérôme à son Américaine insipide. Quatre après, à Moscou, le chat maigre avait pris de très belles formes mais elle était toujours parfaite. Je t'en foutrais de l'esthétique anorexique.
      http://youtu.be/M8sMiizRcoM

      Supprimer
  4. Et aux seins esthétiquement émouvants

    RépondreSupprimer
  5. Pour les pieds nus , plutôt Rhoda Scott, non?

    RépondreSupprimer
  6. Argh, quelle horreur ! L'égéri(e) de Dali…
    38 ans que je n'avais pas entendu ça (oui, moi aussi j'écoutais le "Hit-Parade", ainsi que le "Stop ou encore" du samedi matin…)

    Mais sauf votre respect, vous faites erreur, Jérôme.

    L'été 76, c'était pas une R5 orange, c'était une 4L blanche.
    C'était la Bretagne, et la sécheresse : l'eau était coupée dans tout le village et il fallait attendre le camion-citerne qui passait le matin, derrière lequel on faisait la queue comme en URSS.

    C'était les entretiens de Camp-David, aussi, mais je n'y comprenais guère.
    Pas plus que je ne connaissais le sens du mot "pédophile" alors que j'étais amoureux d'une gamine de neuf ans (pour excuse, je n'en avais que deux de plus, comme vous).

    Mais du coup, et surtout, l'été 76 c'était ça.

    Et que personne ne vienne me dire le contraire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis effondré, George, et seule mon amitié va me permettre de vous pardonner une confusion entre Amanda Lear et Jeane Manson, autant dire entre la vulgarité trendy et la douceur corrégienne aux yeux mouillés.

      Supprimer
    2. Argh, quelle horreur ! Et j'ai ri de Dali en confondant Jeane et Amanda !

      Mais bon, toutes des pouffes, à mon sens, c'est pour ça que vous me pardonnerez sans doute cette confusion.

      Et votre amitié, je préférerais que vous me la manifestiez en retardant votre départ de la Gare du Nord : vous me prenez pour un prolo, à être au taquet dès huit heures du matin ?!

      Supprimer
  7. bon, c'est vrai, c'est pas une blonde11 avril 2014 à 22:44

    chanteuse des années 70' :
    http://www.youtube.com/watch?v=Jze1Uv5TFOg

    RépondreSupprimer
  8. Pour moi, en 1976, c’était déjà la technologie…
    Si j’avais pu savoir que l’image reprise sur la couverture de l’album était prémonitoire j’y aurai peut-être réfléchi à deux fois…

    https://www.youtube.com/watch?v=5DDEl7JnWvo

    RépondreSupprimer
  9. L'été 76 ! Avec une brochette pareille, pas étonnant que l'on préfère l'hiver.

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable