mercredi 9 avril 2014

Kamo

"Tout méprisé et haï qu’il est, le capitalisme démocratique n’est pas sérieusement attaqué. On parle de le corriger, de le rendre plus juste, plus viable, plus moral, ce qui est contraire à son principe de fonctionnement – surtout depuis la « crise » dont le « traitement » repose sur les bas salaires et la précarité organisée. Nulle part il n’est question de lui faire subir le même sort qu’ont connu par le passé les régimes d’oppression, de lui donner une bonne fois congé, et pour toujours." 
Premières mesures révolutionnaires, Eric Hazan et Kamo (La Fabrique)