jeudi 9 janvier 2014

"Merci, mon parti...": sur l'affaire Dieudonné.

La fin du communiqué de Pierre Laurent au nom du PCF, est ce que j'ai lu de plus intelligent sur la question depuis le début de l'affaire Dieudonné. Et puis après, on s'occupera peut-être des 1200 supressions de postes à la Redoute, de la persécution judiciaire contre les cinq syndicalistes de Roanne et des 80 milliards de bénéfice du CAC 40 en 2013:
"Concernant Dieudonné, le PCF condamne avec la plus grande fermeté la dérive raciste et antisémite avérée de ce multirécidiviste de la haine. Ses propos, ses vidéos sont condamnables et doivent l'être. Les condamnations prononcées doivent être appliquées. La loi, notamment la loi Gayssot, le permet. 
Mais surtout, un combat politique est nécessaire pour démasquer l'imposture de Dieudonné. L'interdiction des spectacles est une voie juridiquement dangereuse et fragile, qui peut se révéler politiquement contre-productive dans un pays attaché comme le nôtre à la liberté d'expression. Elle nourrit la confusion quand il faudrait la lever pour combattre la banalisation inacceptable des propos de Dieudonné et des réseaux négationnistes qui l'épaulent. 
 Nous appelons les jeunes qui croient voir en Dieudonné un combattant anti-système à ouvrir les yeux. Non seulement son antisémitisme est avéré, mais c'est un dangereux manipulateur qui instrumentalisme la dénonciation du passé colonial et esclavagiste de la France pour nourrir une redoutable spirale de la concurrence mémorielle des populations noires ou issues du Magrheb, justifiant sa propre dérive raciste. Ne tombez pas dans ce piège. Contre tous les racismes, le PCF est décidé à mener ce combat à vos côtés."

Autrement dit, pour paraphraser August Bebel, le dieudonnisme est le socialisme des imbéciles.