lundi 13 janvier 2014

...et rien de plus


"Ceux à qui la vérité est facile, spontanée, j'ai bien sûr pour eux une certaine admiration mais, je l'avoue, peu d'intérêt. Quand ils mourront, qu'on écrive sur leur tombe: il a eu toujours raison... C'est ce qu'ils méritent, et rien de plus."

Louis Aragon, J'abats mon jeu, 1959

10 commentaires:

  1. Quant à cette valeur dérisoire de la vérité, en politique, un exemple concret. Lu sur un blog communiste-français, le dimanche 22 janvier 2012 :

    " François Hollande a prononcé un discours enthousiasmant..."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je serais curieux d'avoir le lien.
      Et si nous, les communistes, on n'a pas dit de conneries depuis le 22 janvier 2012 (Hollande n'était pas élu, sauf erreur de ma part), c'est qu'on est en progrès.
      A vrai dire, je ne vois pas trop où vous voulez en venir. Ou si, je le vois que trop. Anticommunisme rabique, viscéral. C'est drôle, cette permanence, alors que les mêmes nous serinent qu'on n'existe plus. On vous tracasse quand même, on dirait. Tant mieux.

      Supprimer
    2. Le malicieux Moine vous taquinait, Jérôme : le lien est ici.

      Supprimer
    3. Il me semblait, cher Georges que le second degré était manifeste.

      Supprimer
    4. Argh ! Je n'ai décidément aucun sens de l'humour !

      Au fait, si vous êtes à Paris comme le laisse supputer la photo que vous avez postée cette nuit (Montmartre vu de la Halle Saint-Pierre ?), vous pourriez vindèze dire bonjour…

      Supprimer
  2. C'est précisément du fait de notre communisme rabique, viscéral que nous sommes anti-socialistes obsessionnels.
    Un peu comme Rosa Luxembourg, au fond.
    Nous souhaitons à tout l'univers la même peste salutaire.

    RépondreSupprimer
  3. Oui, enfin disons que " à tout l'univers la même peste salutaire", c'est joli mais c'est nihiliste. C'est un genre de beauté, incontestablement. Mais sur le plan politique, ce n'est pas le mien.

    RépondreSupprimer
  4. C'est pour cela qu'il faut être communiste comme Péguy athée contre les socialistes nationaux chrétiens (Chévénement et Hollande via Lévy).
    La peste qui sauve des nihilistes, c'est l'horreur chrétienne dans toute sa gloire politique : ce que seule la révolution "prolétarienne" comme contre-poison contrera - le théâtre sera cruel et beau, oui.
    Jugnon

    RépondreSupprimer
  5. Dans son livre sur le communisme, François Furet établissait assez clairement les liens entre socialisme et communisme, la généalogie. Soit dit en passant.

    RépondreSupprimer
  6. François Furet, ne serait-ce pas cette vieille merde sur laquelle nous pissons tous les matins, au réveil ?

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable