samedi 23 novembre 2013

Retour à l'Orange

Le mélange d'inquiétude et de sensualité, la posture frileuse, rêveuse, égarée presque. La bouche entrouverte, les cheveux un peu en désordre.
Les bras croisés, l'érotisme inconscient du cachemire à même la peau. Et ce détail qui attendrit entre tous, qui rappelle C. à Trouville, circa 1983-1985: les manches étirées jusqu'à la paume car il fait encore frisquet dans la maison que l'on vient de rouvrir. Odeur de sel et d'encaustique, on entend la mer, le transat attend contre le mur.
Tout à l'heure, elle ira mieux.  Elle se sera réchauffée. On ira à la plage. Elle lira L'été finit sous les tilleuls de Kléber Haedens. Le vent achèvera de la décoiffer. On dînera aux Vapeurs, sans doute.