jeudi 8 août 2013

Un peu plus loin que d'habitude


Quand les rares survivants du grand autocide inscrit dans les gênes de la société spectaculaire marchande se seront regroupés dans quelques îles grecques et auront instauré le communisme poétique, sexy et balnéaire, le principal problème de l’humanité, composée pour l’essentiel de filles en débardeur et mini shorts, sera le choix d’une plage pour passer la journée.
Moi, je serai sur une chaise longue, en bermuda blanc, chemise de lin et panama, à l’ombre d’un tamaris. Je lirai des poèmes ou j’en écrirai sur un petit carnet. Je serai très vieux mais ça ira quand même parce que je pourrai mourir tranquille. Tout continuera sous le bleu, sans moi. D’ailleurs, on ne mourra pas dans ce monde là, on ira juste nager un peu plus loin que d’habitude, vers la déesse qui nous fera signe à l’horizon.