mercredi 3 juillet 2013

1967


Cette année là, ma maîtresse était la femme d'un notaire d'Arpajon. Quand je quittais Paris pour la rejoindre, dans mon ID beige, j'écoutais ça  sur mon autoradio Blaupunkt avec lecteur de cassettes. J'éprouvais un fort sentiment d'aventure sur la nationale qui m'amenait vers le corps indolent et blond d'une bourgeoise rêveuse.  J'étais assez faraud, dans mon genre.