lundi 8 avril 2013

Intense émotion: une grande dame vient de nous quitter.

C'est avec une intense émotion que Feu sur le Quartier General a appris le décès de Margaret Thatcher.
Feu sur le quartier général s'associe aux mineurs du Yorkshire, à Boby Sands et aux neuf de Long Kesh, aux soldats anglais et argentins de la Guerre des Malouines pour présenter ses plus sincères condoléances à la famille de celle qui fut une des lumières de la révolution conservatrice.
Nous imaginons sans mal à quel point les familles Reagan et Pinochet doivent être également dans la détresse. Après avoir perdu Ronald et Augusto , ils perdent avec Maggie, une vraie sainte. Qu'ils soient eux aussi assurés de notre compassion.
Outre les films de Ken Loach ou Mike Leigh qui célèbrent les bienfaits de la modernisation anglaise, on recommandera quelques lectures qui permettront de mesurer avec quelle humanité et parfois une énergie certes un peu rugueuse, la dame de Fer (littéralement Stalina en russe) a su mener les réformes indispensables, forcément indispensables pour faire renaître une économie qui sombrait à cause des syndicats rouges et autre salopards d'assistés.


Et maintenant, pour nous consoler de ce deuil irréparable, un peu de poésie:

"Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme,
Ce beau matin d'été si doux:
Au détour d'un sentier une charogne infâme
Sur un lit semé de cailloux,

Les jambes en l'air, comme une femme lubrique,
Brûlante et suant les poisons,
Ouvrait d'une façon nonchalante et cynique
Son ventre plein d'exhalaisons."

Charles Baudelaire, Une charogne