samedi 2 mars 2013

Courage.

La loi d'amnistie des syndicalistes a finalement été votée au Sénat dans des termes très insuffisants mais c'est un premier pas. Les mineurs des grèves de 48 et 52 dont sept sont encore vivants ont été symboliquement amnistiés bien que la loi votée couvre la période entre 1er janvier 2007 et le 1erfévrier 2013. Il n'est jamais trop tard pour bien faire et plus de soixante après, il est donc reconnu qu'on a toujours raison de se révolter. 
Alors que le discours de Valls vise à continuer dans la droite ligne sarkozyste de criminalisation de toute résistance un peu ferme d'une classe ouvrière poussée au désespoir,  les sénateurs lui ont dit non par deux voix d'avance.
Ce faible écart n'est qu'un répit. Il montre surtout que lorsque que la situation devient compliquée pour l'économie spectaculaire marchande, celle-ci, qui se présente habituellement comme l'amie des libertés publiques, trouve soudain normal de montrer son vrai visage: celui de la domination policière, du fichage systématique et des lois d'exception qui lui permettra, le temps venu, de faire tirer dans la foule pour respecter la règle des 3%
Bref, il fait mauvais temps.


Réponse de Robert Doisneau, auteur de la photo ci-dessus,  au questionnaire de Marcel Proust: "Quels sont vos héros dans la vie réelle? -Les syndicalistes anonymes."