lundi 28 janvier 2013

Machines à remonter le temps

Si le capitalisme mettait décidément trop de temps à tomber, si la déraison marchande et ses conséquences, choc des civilisations, guerres, catastrophes écologiques devenaient l'horizon indépassable de notre avenir, il resterait la machine à remonter le temps.
Ce modèle-ci ne manque pas d'un certain charme même si son fonctionnement peut se révéler aléatoire. En même temps, l'important, c'est de partir. Son carburant semble être le chagrin d'amour, c'est à dire qu'il est rare er hors de prix. Les chagrins d'amour ont en effet disparu pour la plupart avec le silencieux triomphe de la société spectaculaire diffuse. 
Il en reste sûrement quelques uns, mais ils doivent se cacher.
Nous vous présenterons, bien sûr, d'autres modèles.

Je t'aime, je t'aime, un film de Resnais sur un scénario de Jacques Sternberg.