dimanche 20 février 2011

Belgique, toujours grande et belle

  Dans Causeur, un papier sur la "Révolution des frites" en Belgique, menée par essentiellement par des étudiants qui refusent que la partition de leur pays soient le fait d'une classe politique qui joue sur les égoîsmes économiques. Pour faire vite, une partie des Flamands, menée par des doriotistes locaux se trouve plus adaptée à la mondialisation sans le boulet Wallon. Oui mais voilà, la Belgique, c'est beaucoup plus que la Belgique et sa jeunesse se rappelle qu'une langue n'a jamais séparé un pays dont l'identité se joue dans le surréalisme et dans un rapport subversif au rêve, au fantastique et au temps. 
Perdre la Belgique, ce serait aggraver encore le désenchantement du monde et même son ensauvagement. Nous sommes tous des Belges unitaires.


A propos de frites, il semble que la lutte contre l'insécurité, ce ne soit pas encore ça, par chez nous. Une loi contre les fous,  contre les Roms,  contre les clandestins, mais enfin que fait Hortefeux contre les cheesburgers récidivistes? Une brève, également sur Causeur. Ci dessous, aux USA, une brigade spéciale est chargée d'empêcher de nuire les hamburgers serial killers. Un exemple d'intervention efficace.