samedi 29 janvier 2011

Prolepse

Le premier film d'Alain Corneau. Politique fiction foutraque et presque bunuelienne de 1974 sur la privatisaton totale du réel, l'instrumentalisation/légalisation de la drogue pour le maintien de l'ordre, le devenir-mafia du capitalisme total à moins que ce ne soit le contraire et la capacité de l'économie spectaculaire marchande à orchestrer puis récupérer sa propre contestation. Obscénité joyeusement assumée et lucidité prophétique. Toujours, et de façon assez justifiée d'ailleurs,  interdit au moins de seize ans. Les années 70, quoi.