jeudi 24 décembre 2009

Un conte de Noël (rouge).

Cette semaine, Le Talon de fer, ma chronique dans Liberté Hebdo a évidemment pris la forme d'un conte de Noël. Le voici, en exclu, pour mes chers lecteurs de FQG qui n'ont pas la chance d'être nordistes.


 -Tu es au courant, c’est formidable…
-Quoi donc ?
-Tu connais Bethle-Hem ?
-Non, c’est où ?
-Entre Douchy les Mines et Denain…
-C’est une mairie  communiste ?
-C’est drôle que tu demandes ça, justement….Oui, au moins depuis le Front Populaire.
-D’accord, d’accord… Calme-toi et dis-moi ce qui se passe à Bethle-Hem ?
-Eh bien voilà, un couple de Maliens, des sans-papiers, sont partis à pied depuis Lille. La femme est enceinte. 
-Mais pourquoi ils ont fait ça ? Les pauvres, avec ce temps, cette neige… Ils n’avaient plus un rond ?
-C’est ça, mais pas seulement. Elle, elle s’appelle Mariam et elle est sur le point d’accoucher. Lui, son nom, c’est Youssouf. Il travaillait dans les cuisines d’une grande brasserie, du côté de Lomme, près du Kinépolis. Ils se sont mis en grève parce qu’ils devaient travailler pendant les Fêtes, sans la moindre heure sup, évidemment. Ca a attiré l’attention de l’inspection du travail mais aussi de la police.
-Et alors ?
-Alors, tu connais le préfet…
-Héraude ? Celui qui expulse à tour de bras les clandestins au tribunal administratif, même les enfants ?
-Oui, c’est ça, le préfet Héraude. Eh bien, il a ordonné une rafle à toutes les adresses où vivaient les grévistes de la brasserie. Histoire de faire du chiffre pour plaire à Besson en fin d’année. Youssef et Mariam habitaient dans un squatt du côté de Wazemmes. Ils ont échappé de justesse aux flics qui montaient les escaliers et défonçaient toutes les portes. Et ils ont réussi à s’enfuir par une autre entrée. Mais ils n’ont rien eu le temps de prendre et sont partis droit devant eux. Tu imagines : au petit matin, avec la neige, le froid, la peur. Et la police d’Héraude à leurs trousses. Ils n’ont même pas osé prendre de transports en commun, ils ont marché, marché et finalement se sont arrêtés dans un garage désaffecté, juste à la sortie de Bethle-Hem.
-Personne n’est venu les aider?

-Mais si, mais avec la neige, tous les services étaient débordés. Et puis la maternité de Bethle-Hem a fermé. Tu connais la politique de santé de Bachelot, pas besoin de te faire un dessin. Alors les habitants ont fait de leur mieux. Ils ont apporté des couvertures, de quoi manger. Il faut voir comment ils grelottaient, Youssef et Mariam.  Du coup, ils ont réparé un vieux tracteur dont ils font tourner le moteur pour réchauffer la future maman qui va sûrement accoucher dans la nuit du 24 au 25.
-Eh bien, dis donc…

-Mais attends, ce n’est pas tout. Il y a un truc vraiment bizarre. Le maire de Bethle-Hem(1) a reçu de drôles de coups de téléphone. De l’étranger. Trois. De Hugo Chavez au Venezuela, de Evo Morales en Bolivie et de Raul Castro à Cuba. Figure toi que ces trois-là, va savoir pourquoi, ont vu une grande étoile rouge dans le ciel de leur pays qui leur indiquait la direction de Bethle-Hem et leur annonçait qu’un grand libérateur allait naître, un émancipateur qui allait enfin installer le socialisme réel sur la planète.
-Tu y crois, toi ?
-Je n’en sais rien mais il paraît que Hugo Chavez est déjà arrivé avec plein de cadeaux pour Youssouf, Mariam et le futur bébé. Et qu’il a fait livrer du fuel gratuitement à tous les habitants  de Bethle-Hem qui en avaient besoin.
-Eh bien dis donc… Et ils ont prévu un prénom pour l’enfant, Youssouf et Mariam ?
-Alors ça, c’est le plus drôle, figure toi…Ce n’est pas du tout malien, les prénoms envisagés : Rosa ou Louise, si c’est une fille et Karl ou Ernesto, si c’est un garçon.

JL 12/09


(1) Pour ceux qui ne croiraient pas cette histoire, ils pourront toujours vérifier que François Markowiak, maire de Bethle-Hem, est en position éligible sur la liste Front de gauche pour les élections régionales dans le département du Nord.