mercredi 2 décembre 2009

En 1966, le cauchemar avait déjà commencé....


Il semblerait donc, d'après ce document, que la politique de "puçage" des êtres humains ait été expérimentée dès les années 60. Nous vous rappelons qu'elle a été massivement appliquée chez les nourrissons des deux sexes à partir du premier choc pétrolier, circa 1973 et est allée en s'intensifiant et en se systématisant dans les années 70 et 80, avant de connaître son apothéose ces temps-ci grâce au néofascisme nanotechnologique.
Cette puce permet aux maitres du Spectaculaire intégré de faire accepter sans trop de résistances les conditions de vie aberrantes de l'enfer techno-marchand planétaire.
Hypernarcissisme, consumérisme, néophilie, difficulté à la symbolisation, bougisme, sociétalisme en sont les symptômes les plus fréquents. 
Chez les vingtenaires et les trentenaires, on pourra néanmoins  encore trouver ceux chez qui la puce n'a pas pris dans les groupes suivants: communistes,  autonomes,  gauchistes, lecteurs, émeutiers, brûleurs de voiture, ivrognes, mystiques, monarchistes, fous, tiqquniens, filles au pubis non épilé, chômeurs volontaires, gaullistes auldescoules, braqueurs de banque, paresseux, manouches, rimbaldiens, chavistes, voyous, etc...
Certains pouvant, bien évidemment, s'inscrire dans plusieurs des admirables catégories sus-nommées. Par exemple, il est probable que la fille (voir ci dessus) de 22 ans au pubis non épilé disposant d'une carte du PCF et passant sa journée à lire Marx ou de la poésie tout en vivant d'expédients et d'allocations diverses en attendant que son amant manouche rentre le soir et en elle avant de lui jouer l'Internationale à la guitare, il est probable, donc, que la puce qu'on lui a implantée ne fonctionne pas, ou très mal.