lundi 12 octobre 2009

Menefreghista, communisme et mint julep


En italien, menefreghista est
l'équivalent du dilettante, du gars à la coule, qui n'en a rien à fiche. Dean Martin était un vrai menefreghista. On pourra lire ou relire l'excellente biographie de Nick Tosches, Dino (Rivages), à ce sujet.
Et son élégance fait du bien, son manque absolu de sérieux, son sens de l'autodérision et son goût délicieusement exagéré pour le bourbon. A l'heure où les néo-puritains de tous bords sévissent dans la haine la plus irrationnelle du plaisir et de l'art, nous rappelons ici notre profession de foi(e) aux buveurs d'eau "révolutionnaires" et pisse froid de la gonflette ethnodifférentialiste: le communisme sera balnéaire, sexy et poétique ou ne sera pas.
En attendant, on écoute Dean Martin qui chante et picole à la fois. Me ne frego, moi aussi Dino!