jeudi 13 août 2009

Sauter les descriptions, 25


Quand il eut quinze ans, son personnage préféré fut d’Artagnan. Vingt, Fabrice Del Dongo ; trente, Swann ; quarante, Bardamu ; quarante cinq, Winston Smith. L’année de sa mort, il voulut relire Dumas parce qu’il sentit bien que quelque chose clochait. Il retrouva, chez un bouquiniste de la Vieille Bourse, l’édition du Livre de Poche. Celle de de soixante ou soixante et un, préfacée par Nimier. Fraîche à n’y pas croire. Pas de cassure sur la tranche. Couleurs à peine passées. Pour un achevé d’imprimer sous les premiers temps de la cinquième république et la fin de l’Algérie française, ce fut un vrai coup de chance. Sur le moment, cela lui fit un bien fou. Heureux présage, pensée magique, retour vers le futur et tout le toutim. Nimier sur Dumas, le souffle allait revenir. C’était certain.
Il n’eut que le temps de relire la préface pourtant, parce que les choses se précipitèrent. Se précipitèrent singulièrement.