mercredi 5 août 2009

LES TRAITER COMME DES KOULAKS...


...jusque au dernier. Car ils sont les koulaks de l'économie spectaculaire marchande. Et les éliminer en tant que classe. Ou, si vous préférez, aller les finir jusque dans les chiottes.
Les traideurs de BNP-PARIBAS ont vu leur direction provisionner 1 000 000 000 d'euros (un milliard) pour les boni de fin d'année. Les ouvriers de New-Fabris ont dû menacer de faire sauter leur usine pour arracher 12 000 euros de prime de licenciement.