vendredi 12 juin 2009

Aux militants du NPA...


....et très accessoirement au sinistre CSP qui se chie dessus à force d'hystérie haineuse, ce post emprunté à un de nos abonnés, Le Yogi et le Commissaire, que nous remercions ici. J'attire l'attention sur le fait, assez douloureux tout de même, que l'attitude autiste de la direction NPIste , (les chiffres sont têtus, ce sont des faits), a permis l'élection d'un député européen Front national (et pas n'importe lequel). J'ai pas dit "enculés", car c'est homophobe mais je le pense très fort.(1)

Et si le Front de Gauche avait réuni l’ensemble de l’autre gauche jusqu’au NPA ?
Les scores, le nombre de sièges pour l’autre gauche et aussi le rapport de forces au sein de la gauche auraient été non seulement renforcés, mais nous serions parvenus à changer le paysage politique.
`
Dans chacune des circonscriptions si nous avions fait liste commune, nous pouvons estimer que nous serions parvenus :
Nord : 2 élus au lieu de 1 `
Est : 1 élu au lieu de 0 mais surtout nous aurions privé le FN de leur siège

Ouest : 1 élu au lieu de 0 ce qui aurait privé l’UMP d’un siège

Ile de France : 2 élus au lieu de 1 là encore au détriment de l’UMP
Sud Ouest : 2 élus au lieu de 1 et dans cette circonscription nous aurions pu représenter la 3e force politique…

Sud Est : 2 élus au lieu d’1 et surtout nous aurions privé Le Pen de sa réélection
Centre : 1 élu au lieu de 0 en prenant le 3e siège de l’UMP qui est revenu à Hortefeux…
Symboliquement cela n’aurait pas été inutile.

Dom Tom : pas de changement 1 élu

Ensemble nous aurions pu avoir 12 élus au lieu des 5 pour le Front de Gauche et 0 pour le NPA, être en position d’offrir une réelle alternative à la gauche qui pantoufle… `
Bien sûr toute extrapolation est toujours difficile à faire mais tout de même cela doit nous inciter à poursuivre la politique de la main tendue vis à vis du NPA.
Pour reconstruire la gauche en France il faut l’union de l’autre gauche. Mesurons également que ce rassemblement aurait permis de laminer le FN. D'ailleurs, en Europe, si nous assistons à la montée de l’extrême droite dans un certain nombre de pays, c’est toujours là où il n’existe pas d’alternative crédible de l’autre gauche.


(1) Nous parlons évidemment de la direction du NPA et aucunement de ses militants qui se révèlent tout de même assez atterrés dans l'ensemble.