mardi 19 mai 2009

Quand SDAT rime avec SECURITATE

Un membre de la SDAT vérifie que des fois une anarcho autonome n'aurait pas caché un crochet pour caténaire dans sa foufoune.

La Sous-direction à l'antiterrorisme (SDAT) vient de prolonger la garde à vue de trois "proches de Julien Coupat" interpellés à Rouen.
D'autre part, le policier Squarcini, patron de la DCRI (fusion foireuse et fascisante des deux effbiaïe français, RG et DST) n'aime pas voir sa tête sur des tracts distribués, à Forcalquier, par le comité de soutien aux neuf de Tarnac. Alors, ce monsieur en fait interpeller quatre membres. D'un coup. Comme ça.
Si tu gesticules, si tu gesticules, comment veux-tu que je t'....
On lira donc, pour comprendre l'inanité du dossier et le ridicule de l'opération Taïga (du nom de l'assaut sur Tarnac par les encagoulés des services d'insécurité, le 11 novembre 2008), la bonne synthèse de Maurice Gay, Le coup de Tarnac, chez Florent Massot (16 euros)