mercredi 6 mai 2009

Ma princesse du négatif

Mon amour, si je ne pensais pas imminent le déferlement de la furie prolétarienne, je pleurerais en écoutant cette reprise de To know him is to love him des Teddy Bears. Mais les vrais durs ne dansent pas, comme disait Norman, un autre qui tenait bien l'alcool et la came.
Je t'aime et je te rends grâce encore une fois d'aider notre chère grande cause. Comme tu le chantes si bien: le connaitre, c'est l'aimer, le Communisme. Si tu savais comme moi aussi, je t'aime, ma princesse juive de la défonce et du refus de ce monde-là. Nous allons gagner car ils sont les plus morts.