samedi 25 avril 2009

Révolution des Oeillets, trente cinq ans aujourd'hui.


Il y a trente cinq ans aujourd'hui, les capitaines portugais du MFA(mouvement des forces armées) renversaient Caetano, le dictateur qui avait succédé à Salazar et comme lui continuait une guerre coloniale en Angola, en Guinée Bissau et au Mozambique, guerre qui n'avait rien à envier par sa violence à celle du Viet-Nam.(On peut lire le grand Lobo Antunes, notamment Fado Alexandrino et Le Cul de Judas.)
Dirigé par Otelo de Carvalho, de jeunes capitaines communistes et gauchistes attendirent dans leurs caserne le signal. C'était une chanson qui passa sur la radio nationale à 0h25: Grandola, villa morena, chanson commémorant une révolte paysanne du XIXème siècle.
Ils foncèrent avec leur colonnes de blindés sur Lisbonne et renversèrent un régime qui puait la sacristie pétainiste depuis cinquante ans en moins de 48 heures. Les seuls échanges de tirs eurent lieu autour des locaux de la PIDE et firent hélas quelques morts.
Pour le reste, c'est au milieu d'une foule enthousiaste , que ce qu'on appela la Révolution des Oeillets commença.
L'irresponsabilité de groupuscules gauchistes, l'habituelle pourriture social-démocrate (Mario Soares et ses affidés de la CIA) et quelques vieilles badernes à monocle du genre Spinola firent rentrer les choses dans l'ordre "démocratique" à partir de novembre 75.
Il n'empêche, on avait bien rigolé pendant dix huit mois.
MFA, je t'aime.
Otelo de Carvalho, honneur à toi!
Vive le PCP et son leader immortel Alvaro Cunhal!