samedi 25 avril 2009

Hypermnésie soviétophile

Est-ce le calme religieux de notre thébaïde flamande, le ciel d'avril qui avait la même couleur printanière sur Kiev (RSS d'Ukraine), le bruit du temps, voilà que nom d'Alla Pougatcheva nous revient des profondeurs de l'Atlantide. C'était, autant qu'il m'en souvienne, LA star de la variétoche bréjnévienne et j'ai dû danser sur ses chansons à l'époque bénie des étés à Kichinev (RSS de Moldavie) dont nous avons évoqué naguère sur Causeur, la singulière douceur.

Comment ce pays a-t-il pu perdre la guerre froide avec une variété d'une qualité pareille?


PC: cette chanson où elle répète ia nié magou ia nié hatchou, c'est à dire je ne peux pas, je ne veux pas exprimait évidemment une angoisse métaphorique à l'idée que tout cela un jour s'arrête.