mardi 10 mars 2009

La sollicitude des salauds


Moi de mon temps, on dira ce qu'on voudra mais on n'interdisait pas aux jeunes de fumer.

Dans la même semaine, le tabac est interdit à la vente aux mineurs et on vient de supprimer les open bar. En revanche, il semble que le chômage, la précarité, la dégradation de l'enseignement et des conditions de vie dont les jeunes sont les premières cibles, ne soient pour l'instant l'objet d'aucune mesure particulière de prohibition.
On reconnait les mauvais médecins à ce qu'ils soignent le symptôme plutôt que la cause.
Les jeunes sont souvent cons, braillards, incultes, aliénés (je pensais ça même quand j'étais jeune). En même temps, ils ne méritent pas ça, les jeunes. Ils vont mourir de désespoir dans le monde de l'hypercapitalisme terminal, mais ils mourront guéri de leurs addictions.
Merci, Das Kapital!